Le Rapport 2020 du PNUD sur le développement humain est publié

Rapport sur le développement humain 2020 - la prochaine frontière le développement humain et l'Anthropocène

Depuis les années 80, le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) a créé une nouvelle façon de concevoir et de mesurer le progrès. Au lieu d’utiliser la croissance du PIB comme seul indicateur de développement, il a classé les pays selon de leur niveau de développement humain : en fonction des libertés et des possibilités dont jouissent les habitants de chacun d’entre eux pour vivre une vie riche de sens.

Le Rapport sur le développement humain (RDH) 2020 vient d’être dévoilé et s’intéresse aux différents moyens de déclencher la transformation de nos sociétés, objectifs de l’Agenda 2030. De nombreux chercheurs sont d’avis que, pour la première fois, ce n’est plus la planète qui façonne les êtres humains, mais les êtres humains qui façonnent intentionnellement la planète. Selon le PNUD, nous sommes à une nouvelle ère géologique, celle de l’Anthropocène : l’âge des humains. Si les effets ravageurs de la Covid-19 ont tendance à retenir l’attention du monde entier, d’autres crises, superposées les unes sur les autres – du changement climatique au creusement des inégalités – sévissent toujours. Les déséquilibres planétaires et sociaux sont des défis imbriqués, qui s’aggravent mutuellement dans un cercle vicieux.

Comment devrions-nous réagir en cette ère nouvelle ? Faut-il choisir d’emprunter de nouveaux chemins audacieux dans l’ambition de poursuivre le développement humain tout en réduisant les pressions exercées sur la planète ? Ou faut-il choisir de tenter – avec échec à la clé – de maintenir le statu quo en nous laissant emporter vers un inconnu dangereux ?

Ce Rapport du PNUD sur le développement humain se range résolument du côté du premier choix et ne se contente pas de résumer des listes bien connues d’actions possibles pour le concrétiser. La première partie, déclinée en trois chapitres, étudie les liens entre le développement humain et l’Anthropocène du point de vue analytique et empirique et du point de vue des mesures publiques. La deuxième partie s’intéresse aux conséquences à tirer afin d’agir et s’arrête sur trois grands catalyseurs du changement : les normes sociales, les incitations et le développement humain fondé sur la nature. La troisième partie propose de nouveaux paramètres de mesure, dont un ajustement de l’Indice de développement humain tenant compte des pressions exercées sur la planète. Cet indice mondial expérimental propose un nouveau critère d’évaluation du progrès humain qui illustre à quel point il sera difficile de lutter contre la pauvreté et les inégalités tout en réduisant les pressions qui s’exercent sur la planète.

 

Pour découvrir le rapport : http://report.hdr.undp.org/fr/