Manon Quinti, blogueuse de Happy new green nous rappelle que la mode, c’est avant tout une industrie avec de multiples étapes. Les Objectifs de développement durable (ODD) peuvent intervenir à de nombreuses phases de cette chaîne.

Ainsi, les ODD 1 et 8 sur le travail décent et la pauvreté sont particulièrement pertinents au vu des conditions de travail des travailleurs du textile dans les pays en voie de développement, mais aussi dans certains ateliers en Europe ou en Amérique. Bien souvent, ces travailleurs n’ont pas de protection sociale et doivent se soumettre à des cadences de travail infernales.

L’ODD 6 est un enjeu primordial : la production d’un jean représente 11 000 litres d'eau. La pollution de l’eau liée aux rejets des eaux usées a non seulement des conséquences sur l’environnement, mais aussi sur la santé des populations et sur l’ensemble de la biodiversité.  De la même manière concernant la santé, les ODD 2 et 12 pour une agriculture durable et une gestion durable des ressources naturelles, sont des leviers pour faire évoluer la production de coton qui utilise ¼ des pesticides produits dans le monde.

L’éducation (ODD4) est aussi une problématique car dans les pays en voie de développement, de nombreux enfants travaillent dans les champs de coton ou dans les usines. On peut relier cet enjeu à l’ODD5 sur l’égalité des sexes, alors que la grande majorité des petites mains du textile sont des ouvrières.

Les ODD sont de formidables leviers pour nourrir la réflexion autour de solutions viables pour l’industrie textile. De nombreux acteurs de la mode - marques, ONG ou start-ups - expérimentent et développent déjà des solutions pour construire une mode alternative. Nous avons besoin d’une multitude d’idées et d’innovation pour imaginer la mode de demain, et aussi de consommateurs responsables... Alors à vous de jouer et de vous inspirer des ODD !

En savoir plus : Blog Happy new green

Retrouvez les 10 conseils de Manon pour une garde-robe responsable

Infographie  « La mode sans dessus-dessous » - ADEME

Le revers de mon look : quels impacts ont mes vêtements et mes chaussures sur la planète? - ADEME