L'italie : bon ou mauvais élève de la mise en œuvre de l'Agenda 2030 ? L'Alliance Italienne pour le développement durable présente son rapport 2018 sur les Objectifs de développement durable (ODD).


Un bilan en demi-teinte de la mise en œuvre de l'Agenda 2030

Le dernier rapport de l’ONG Alliance italienne pour le développement durable (AsVis), présenté à la Chambre des députés, propose un bilan des progrès réalisés par l’Italie et ses territoires pour l’atteinte des 17 Objectifs de développement durable (ODD).

Il fait principalement état d'amélioration concernant les : 

  • ODD2 « alimentation et agriculture durable »
  • ODD3 « bonne santé et bien-être »
  • ODD4 « éducation de qualité »
  • ODD5 « égalité entre les sexes »
  • ODD9 « industrie, innovation et infrastructures »
  • ODD12 « consommation et production responsable »
  • ODD13 « mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques »
  • ODD17 « partenariats pour la réalisation des objectifs »

Quand aux autres ODD, la situation se révèle inchangée, voire  très difficile en particulier pour les ODD relatifs à la pauvreté (ODD1), à l'emploi (ODD8), à la lutte contre les inégalités (ODD10), aux villes et communautés durables (ODD11) et à la préservation des écosystèmes terrestres (ODD15).

 

Des mesures nécessaires pour coordonner l'action publique

Pour permettre d’accélérer la mise en œuvre de l’Agenda 2030 en Italie, l’AsviS a proposé une série de mesures, notamment : 

  • la transformation du comité interministériel pour la programmation économique en comité interministériel pour le développement durable,
  • de réactiver la commission nationale pour la mise en œuvre de la stratégie de développement durable 
  • de lancer un débat parlementaire sur un projet de loi visant à introduire le principe du développement durable dans la Constitution.

Pour aller plus loin... Rapport sur la mise en œuvre de l’Agenda 2030 par l'Italie (www.asvis.it)