3e édition du rapport de développement durable 2021 du Réseau des Solutions pour le Développement Durable (SDSN)

Publié le 29 décembre 2021


En Europe

S’appuyer sur l’éducation et la formation tout au long de la vie

Le Sustainable Development Solutions Network (SDSN), SDSN Europe et l’Institute for European Environmental Policy (IEEP) publient la troisième édition de l’Europe Sustainable Development Report 2021, un rapport indépendant sur les progrès de la Union européenne (UE), ses États membres et d’autres pays européens dans la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD).

3ème édition du rapport de développement durable 2021 du Réseau des Solutions pour le Développement Durable
Crédits : Sustainable Development Solutions Network Agrandir la figure 1463
3ème édition du rapport de développement durable 2021 du Réseau des Solutions pour le Développement Durable

couverture du 3ème édition du rapport de développement durable 2021 du Réseau des Solutions pour le Développement Durable

L’exigence prioritaire mise en avant par ce nouveau rapport consiste à mettre fin à la pandémie de COVID-19 dans le monde, c’est une condition préalable pour restaurer et accélérer les progrès des Objectifs de développement durable en Europe et dans le monde.
Pour la première fois en effet depuis l’adoption des ODD en 2015, le score moyen de l’indice ODD de l’UE n’a pas augmenté en 2020 - il stagne dans le meilleur des cas et a même légèrement diminué dans l’UE27 en moyenne, principalement en raison de l’impact négatif de la pandémie sur l’espérance de vie, la pauvreté et chômage.

Malgré les tensions géopolitiques et les appels à réduire les ambitions des ODD, ces derniers restent le seul cadre intégré pertinent pour le développement économique, social et environnemental adopté par tous les États membres de l’ONU. L’Union européenne devrait continuer à jouer un rôle de premier plan dans la mise en œuvre des objectifs aux niveaux interne et international dans la perspective du sommet sur les ODD en septembre 2023 et au-delà.

L’Europe demeure le leader mondial des ODD, mais génère des retombées internationales négatives. Par le biais d’importations, par exemple de ciment et d’acier, l’Europe génère des émissions de CO2 dans d’autres parties du monde, notamment en Afrique, en Asie-Pacifique et en Amérique latine. De la même manière, la consommation de biens et de services dans l’UE entraîne une déforestation et des impacts environnementaux à l’étranger. La tolérance à l’égard de normes de travail médiocres dans les chaînes d’approvisionnement internationales peut nuire aux couches modestes de la population.

Dans ce classement mondial, les dix pays les mieux classés restent malgré tout européens (neuf sont des États membres de l’UE). En fait, tous les pays du top 20 à l’exception du Japon sont européens. De nombreux pays européens figurent également en tête du classement des pays les plus heureux du monde dans le World Happiness Report 2021 également publié par le SDSN. Avec l’adoption du pacte vert européen en 2019 et de la législation connexe, notamment la loi sur le climat et le paquet « fit-for-55 », l’Europe a été le premier continent à annoncer un engagement audacieux en faveur de la neutralité climatique d’ici le milieu du siècle.