Deux questions à Martin Bortzmeyer, chef de la Délégation au développement durable

Plan de relance de la France #FranceRelance

Comment la France peut-elle atteindre l’Objectif de développement durable n°1 « éradiquer la pauvreté en 2030 » grâce au Plan de relance ?

Tout d’abord, il faut rappeler que nous avons un taux de pauvreté en France qui est très élevé, de l’ordre de 14 %. Cette pauvreté touche particulièrement les enfants et les jeunes. La stratégie du Gouvernement cible donc cette population particulière.

Dans le Plan de relance se trouve un ensemble de mesures de lutte contre la pauvreté : plus de 6 milliards, soit plus de 6 %, qui vont toucher essentiellement les jeunes au travers du plan qui s’appelle #1jeune1solution. Ce plan inclut des aides à l’embauche des jeunes, des aides à l’apprentissage, des aides ciblées sur les quartiers prioritaires de la ville, etc.

Comment le Plan de relance permet de contribuer à l’atteinte des Objectifs de développement durable ?

De manière générale le plan vise à la fois :

  • la transition écologique ;
  • la compétitivité et la relance ;
  • et la cohésion sociale et territoriale.

Il couvre donc de manière très large les ODD. L’intérêt est de pouvoir aller vers des politiques que l’on appelle à « multiple fins », c’est-à-dire atteindre deux cibles à la fois et notamment des cibles environnementales et sociales. Concrètement, lorsque le Gouvernement a fait évoluer le dispositif MaPrimeRénov’, l’accent a été mis sur les ménages modestes et très modestes. C’est un exemple typique d’une politique à double fins qui permet à la fois d’aller vers les cibles de l’objectif pauvreté, inégalités et en même temps vers les objectifs climatiques et énergétiques.