Comment aligner relances nationales post-Covid-19 et Objectifs de développement durable ? C’est la question à laquelle l’Iddri et le think tank DIE ont tenté de répondre en organisant le rassemblement d’un groupe de responsables gouvernementaux, d’agences spécialisées et d’organisations internationales.

JPEG - 96.1 ko

Si l’Agenda 2030 constitue une réelle opportunité pour remédier aux fragilités générées par la pandémie de Covid-19, la crise sanitaire pourrait affecter les efforts déployés pour faire avancer et 17 Objectifs de développement durable (ODD).

Partant de ce constat, l’Iddri et le think tank allemand DIE ont organisé une série de dialogues de haut niveau sur l’intégration des ODD dans les plans de relance nationaux post-Covid-19. Les premiers résultats de ces échanges sont disponibles sur le site internet de l’Iddri.

Une intégration faible des ODD aux plans de relance nationaux

D’après le billet publié par l’Iddri, seuls 17% des sommes totales allouées jusqu’à présent dans le cadre de la relance post-Covid visent à soutenir des mesures vertes. Il est en effet difficile de penser sur le long terme dans une situation d’urgence et un grand nombre de mesures ont un effet d’amortissement et de réaction plutôt qu’un effet structurel et transformateur. Dans les pays où les marges de manœuvre budgétaires sont faibles, la prise en compte des ODD est encore moins importante et contribue à exacerber les inégalités.

Les ingrédients d’une relance axée sur le développement durable

Les discussions animées par l’Iddri et DIE ont permis de mette en lumière des exemples concrets d’action permettant une relance réussie et alignée sur les ODD :

  • Les parlementaires et autres parties prenantes peuvent inciter les gouvernements à aligner leur plan de relance sur les ODD en s’appuyant par exemple sur la stratégie nationale existante, sur les cadres de financement national intégré (INFF) ou sur l’accroissement du rôle des États dans le pilotage de l’économie depuis la pandémie. Cela permet d’envisager d’intégrer des priorités horizontales (transition verte, égalités des sexes…) dans les plans de relance.
  • L’ouverture d’un dialogue démocratique et participatif sur les trajectoires de développement durable pourrait également offrir une assise politique aux dirigeants désireux d’investir dans des transformations écologiques et inclusives. Dans ce contexte les approches régionales peuvent être utiles.
  • Enfin, la période étant propice aux grandes solutions multilatérales, il est important de ne pas laisser passer cette opportunité et d’encourager un cycle vertueux d’actions multilatérales afin d’intégrer les trajectoires de développement durable aux accords commerciaux et d’investissement. En effet, il est ressorti de l’une des sessions de dialogue, il serait impossible d’envisager un alignement des plans de relance sur les ODD sans ouvrir un dialogue à l’échelle internationale.
Pour en savoir plus sur les résultats de ces dialogues, vous pouvez consulter le billet de l’IDDRI.