Journal de bord du Forum politique de haut niveau 2024 - Jour 3

L’édition 2024 du forum politique de haut niveau sous les auspices du Conseil économique et social (ECOSOC) se poursuit aujourd’hui avec l’examen des progrès accomplis dans la réalisation de l’ODD13 (mesures relatives à la lutte contre les changements climatiques) et ses liens avec les autres ODD. Il aborde aussi les résultats de la quatrième Conférence sur les petits États insulaires en développement (PEID) qui s’est tenue en juin à Antigua-et-Barbuda.

Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : IISD - 3éme jour du FPHN : l'ODD13 à l'honneur (Mesures relatives à la lutte contre le changement climatique) Agrandir la figure 2726

3éme jour du FPHN : l’ODD13 à l’honneur

Les participants au Forum politique de haut niveau pour le développement durable(FPHN) ont entrepris de passer en revue l’Objectif de développement durable relatif à l’action climatique (ODD13) et ses liens essentiels qui doivent éclairer l’examen des autres Objectifs de développement durable. Le Secrétaire général de l’ONU a décrit l’action climatique comme la plus grande opportunité du 21e siècle pour faire avancer tous les Objectifs. Inversement, les délégués ont été avertis que l’échec à enrayer le changement climatique rendrait les autres Objectifs inatteignables. Cette relation dynamique avec d’autres parties du Programme de développement durable à l’horizon 2030 était évidente lorsque les participants ont commencé à s’engager dans des panels sur les petits États insulaires en développement (PEID) et la mise en œuvre des résultats de la quatrième Conférence des PEID (PEID 4), ainsi que sur l’action locale et la transformation à partir de la base.

Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth-12.jpg Agrandir la figure 2727
Figure 2727
Objectifs de développement durable à l’honneur : ODD13 et liens avec d’autres ODD – Action climatique

Ouvrant ce segment de la matinée, Tarek Ladeb, Vice-Président (Tunisie) du Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC), a noté que l’adoption de l’Agenda 2030 et de l’Accord de Paris en 2015 avait établi une base solide pour une mise en œuvre cohérente de l’action climatique et du développement durable. Il a invité les intervenants à réfléchir aux moyens par lesquels des progrès accélérés dans l’action climatique peuvent permettre de répondre aux crises interconnectées de la nature, de la biodiversité et de la pollution, ainsi qu’à la pauvreté, aux inégalités et au développement durable.

Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Tarek Ladeb, vice-président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC Agrandir la figure 2728

Tarek Ladeb, vice-président du Conseil économique et social des Nations Unies (ECOSOC)

Heather Page, Division de statistique du Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies (DAES), a présenté les points clés du rapport 2024 du Secrétaire général des Nations Unies sur les ODD, notamment :

  • en 2022, les émissions mondiales de gaz à effet de serre ont atteint un nouveau record de 57,4 gigatonnes d’équivalent CO2 ;
  • pour maintenir le réchauffement à 1,5°C, il faut réduire de 42 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 ;
  • les politiques nationales actuelles mettent le monde sur la voie d’un réchauffement de 3°C ; et
  • Le financement climatique a augmenté de 30 % par rapport à 2021 pour atteindre 115,9 milliards USD en 2022, atteignant ainsi l’objectif des pays développés de lever 100 milliards USD par an d’ici 2020 et jusqu’en 2025.

Tatiana Molcean, Secrétaire exécutive de la Commission économique des Nations unies pour l’Europe (CEE), a expliqué comment une action urgente sur le changement climatique peut avoir un impact positif sur d’autres ODD, notamment sur l’eau, la pauvreté, l’énergie et l’emploi. Elle a souligné, entre autres, les possibilités pour la région africaine d’optimiser l’utilisation des ressources et la nécessité pour la région Amérique latine et Caraïbes d’accéder à des technologies à faible émission de carbone pour exploiter leurs réserves de lithium.

Katherine Calvin, scientifique en chef de la National Aeronautics and Space Administration et coprésidente du Groupe de travail III du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat
(GIEC), a tiré les enseignements du sixième rapport d’évaluation du GIEC. Elle a souligné la nécessité pour les secteurs de l’énergie, des transports et de l’industrie de réduire de moitié leurs émissions d’ici 2030, la disponibilité de multiples solutions à faible coût et les synergies à mettre en place entre les options d’atténuation et le développement durable.

Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Heather Page , Division de statistique, DAES de l'ONU Agrandir la figure 2729

Heather Page , Division de statistique, DAES de l’ONU

Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Tatiana Molcean , Secrétaire exécutive, Commission économique des Nations unies pour l'Europe (CEE) Agrandir la figure 2730

Tatiana Molcean , Secrétaire exécutive, Commission économique des Nations Unies pour l’Europe (CEE)

Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Katherine Calvin , scientifique en chef, National Aeronautics and Space Administration (NASA), et coprésidente du groupe de travail III, Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) Agrandir la figure 2731

Katherine Calvin , scientifique en chef, National Aeronautics and Space Administration (NASA), et coprésidente du groupe de travail III, Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)

En guise d’introduction à la table ronde, la modératrice Britt Groosman, vice-présidente de l’agriculture intelligente face au climat au sein du Fonds de défense de l’environnement, a souligné que le monde avait battu plusieurs records de température sans pour autant progresser de manière significative vers l’ODD13. Elle a souligné la nécessité de dissocier la croissance économique de l’économie du carbone pour progresser vers d’autres ODD.

Axel Schmidt Grael, maire de Niterói, au Brésil, a souligné le rôle essentiel des villes dans la lutte contre le changement climatique. Il a décrit les investissements de sa ville dans la résilience des quartiers informels et la prévention des catastrophes, et a salué le travail de la Coalition pour des partenariats multi-niveaux à haute ambition.

Maria Mähl, associée et responsable des solutions ESG aux États-Unis chez ESG Book, a observé que le potentiel des marchés financiers à influencer la décarbonation des entreprises n’était pas encore pleinement exploité.

Miquel Muñoz Cabré, scientifique principal au Stockholm Environment Institute (États-Unis), a invité les participants à s’engager en faveur d’une transition juste, en veillant à ce que les mesures d’adaptation et d’atténuation du changement climatique bénéficient aux groupes vulnérables. Faisal Alfadl, secrétaire général du Saudi Green Building Forum, a souligné que l’accès aux données et la collaboration multipartite sont essentiels pour décarboner l’environnement bâti.

Au cours des discussions générales, les délégués ont souligné l’impact croissant des catastrophes liées au climat dans le monde et ont partagé des initiatives nationales et régionales visant à stimuler l’action climatique. Le Chili a appelé à un multilatéralisme renouvelé et à la coopération de tous les secteurs de la société pour atteindre les objectifs climatiques. Le Guatemala et la Chine ont mis l’accent sur le principe de responsabilités communes mais différenciées.

Dans le contexte de la réduction des risques de catastrophe, la Tanzanie a souligné la nécessité de maximiser les synergies tout en minimisant les compromis et, avec les Philippines, l’Arménie et le Malawi, a appelé à un financement accru et à une action coordonnée en faveur des régions vulnérables. Le Bureau des Nations unies pour la réduction des risques de catastrophes a souligné le rôle de la réduction des risques de catastrophe dans le renforcement de la résilience des communautés et des infrastructures. L’Eswatini a également souligné la nécessité d’une réduction des risques de catastrophe plus ambitieuse pour progresser dans les ODD interdépendants.

De nombreux délégués, dont le Népal et le Ghana, ont souligné que le manque de financement et de capacités constituaient un défi majeur pour de nombreux pays et ont appelé à une coopération internationale accrue.

Le Timor-Leste a présenté le plan national d’adaptation de son pays, qui dépend largement du soutien international.

L’Irlande a noté que si le financement public est un élément clé, d’autres moyens de financement innovants doivent être identifiés. La Norvège a réitéré l’engagement de son pays à tripler son soutien à l’adaptation d’ici 2026, et la République de Corée a rappelé l’engagement récent de son pays à verser 7 millions de dollars au Fonds pour faire face aux pertes et dommages.

Le Haut-commissaire aux Nations-unies pour les réfugiés a souligné l’adoption récente de l’Engagement multipartite pour l’action climatique, qui vise à améliorer la résilience des réfugiés et des personnes déplacées aux effets du changement climatique. Le Programmes des Nations unies pour l’environnement a souligné la nécessité de s’attaquer aux taux d’intérêt et aux coûts d’investissement élevés, aux subventions aux combustibles fossiles et au service de la dette.

La Suisse a exhorté tous les acteurs, y compris le secteur financier, à contribuer à l’action climatique. L’Allemagne a noté que la biodiversité et le financement climatique sont les deux faces d’une même médaille, soulignant qu’« une action climatique insuffisante est l’action la plus coûteuse ».

L’Union européenne a salué les cadres financiers intégrés dirigés par les pays visant à mobiliser des financements en accord avec les priorités nationales.

L’Union internationale pour la conservation de la nature, l’Indonésie et le Malawi ont appelé à donner la priorité, entre autres domaines, aux infrastructures intelligentes face au climat, à la protection sociale et à un environnement propice aux investissements verts.

La Fédération de Russie a appelé à la mise en place de systèmes mondiaux fiables d’échange de droits d’émission de carbone.

Notant que les systèmes agroalimentaires contribuent largement au changement climatique, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a déploré les niveaux « alarmants » de financement climatique alloués au secteur et a appelé à exploiter leur immense potentiel pour réduire les émissions. Le PORTUGAL a souligné la nécessité d’une action intégrée sur les écosystèmes marins.

Le Groupe majeur des Peuples autochtones a mis en garde contre le fait que les solutions climatiques apparentes ne s’attaquent pas toujours aux causes profondes du changement climatique, soulignant une transition énergétique souvent injuste. L’Afrique du Sud a souligné la nécessité de laisser aux pays en développement une marge de manœuvre politique pour élaborer des voies de transition justes.

L’Ukraine a souligné les émissions importantes causées par les opérations militaires dans son pays, appelant la communauté internationale à cesser les guerres actuelles et à prévenir les guerres futures. La Finlande a décrit l’investissement dans la paix et la sécurité comme une action climatique, tandis que l’Autriche a souligné ses contributions aux travaux de l’ONU sur le lien entre climat et sécurité. Le Groupe majeur des femmes a mis en garde contre les efforts, tels que les engagements nets zéro, qui se contentent de « rafistoler » sans transformer les systèmes sous-jacents. L’Organisation internationale du droit du développement (OIDD) a plaidé en faveur d’une approche féministe pour examiner l’état de droit et garantir l’égalité d’accès à la justice.

La France et la Finlande ont souligné le rôle des villes et des municipalités dans la réalisation des objectifs liés au climat. La Pologne a appelé à une coopération internationale centrée sur les personnes. Le Groupe Enfants et Jeunes a souligné le rôle de l’intelligence artificielle (IA), en mettant en avant le Grand Défi de l’innovation en matière d’IA qui promeut l’IA pour l’action climatique.

L’Irlande a noté que la réalisation de l’ODD13 nécessite des compétences, des connaissances et des idées innovantes.

Les États-Unis ont souligné leur financement annuel de 3 milliards de dollars pour les services liés au climat. Le Brésil a évoqué un groupe de travail du G20 pour promouvoir la planification de la durabilité. Plusieurs délégations ont saisi l’occasion pour mettre davantage en avant les politiques et les technologies. L’Agence internationale de l’énergie atomique a noté le potentiel de l’association de petits réacteurs modulaires avec des sources d’énergie renouvelables pour soutenir l’adaptation au climat. Le Yémen a décrit les efforts nationaux pour mettre en œuvre des systèmes d’alerte précoce. Le Conseil des Pays Producteurs d’huile de palme a souligné le potentiel de l’huile de palme en tant que forme efficace et à faible émission de carbone de biodiesel. La Colombie a fait état d’interdictions nationales sur les exportations de charbon et la fracturation hydraulique. L’Albanie a réitéré l’engagement de son pays à réduire les émissions grâce à une économie circulaire qui comprend des solutions ciblées pour lutter contre la pollution plastique.

Petits États insulaires en développement : mise en œuvre des résultats de la quatrième Conférence des PEID

Dans l’après-midi, Ivan Simonović, vice-président de l’ECOSOC (Croatie), a présidé ce segment, qui a abordé les prochaines étapes de la mise en œuvre de l’Agenda d’Antigua-et-Barbuda pour les PEID : une Déclaration renouvelée pour une prospérité résiliente (ABAS), adopté lors du SIDS 4 en mai 2024. La Déclaration définit des actions dans dix domaines thématiques, notamment la résilience économique, l’action climatique, la réduction des risques de catastrophe, les données, la science et la numérisation.

Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Ivan Simonović , vice-président de l'ECOSOC, préside la session sur les PEID Agrandir la figure 2732

Ivan Simonović , vice-président de l’ECOSOC, préside la session sur les PEID

Gaston Browne, Premier ministre d’Antigua-et-Barbuda, a décrit comment, à la suite de SIDS 4, les Caraïbes ont été dévastées par l’ouragan Beryl, l’ouragan de catégorie 5 le plus précoce jamais enregistré au cours d’une saison dans l’Atlantique. Il a noté que l’ouragan Beryl est la preuve évidente du « réchauffement ininterrompu de la planète en raison des grands pollueurs » et a décrit comment les défis ultérieurs et un état de vulnérabilité perpétuel sont aggravés par le fardeau de la dette. Browne a appelé à une mise en œuvre rapide de l’ABAS, en donnant la priorité à l’accès au financement, à un mécanisme de rapport et de suivi et à un centre d’excellence pour les SIDS.

Naomi Matapta, Première ministre des Samoa, a déclaré que l’ouragan Beryl avait réduit des îles apparemment prospères à des difficultés inimaginables. Elle a noté que l’ABAS incarne un engagement collectif pour garantir que les plus petits et les plus vulnérables ne soient pas laissés pour compte dans un monde de misère, d’injustice et de conflit, et a exhorté les institutions financières internationales et les fonds et agences des Nations Unies à intégrer les priorités des PEID.

Li Junhua, Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales du DAES de l’ONU et Secrétaire général du SIDS 4, a exprimé sa profonde solidarité avec les peuples des Caraïbes et a transmis les messages clés du SIDS 4, notamment :

  • Les PEID se trouvent à un tournant critique dans leur lutte continue contre l’élévation du niveau de la mer, dans leur accès au financement du développement et dans leur vie avec une dette insoutenable ;
  • l’ONU devrait se concentrer sur les besoins de renforcement des capacités, en travaillant dans le cadre de l’ABAS et des ODD ; et
  • Le Département des affaires économiques et sociales de l’ONU collabore à un outil d’évaluation et de suivi pour mettre en œuvre l’ABAS.
    Forum politique de haut niveau 2024
    Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Li Junhua , Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales, DAES de l'ONU Agrandir la figure 2733

    Li Junhua , Secrétaire général adjoint aux affaires économiques et sociales, DAES de l’ONU

    Forum politique de haut niveau 2024
    Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Armida Salsiah Alisjahbana , Secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l'Asie et le Pacifique (CESAP) Agrandir la figure 2734

    Armida Salsiah Alisjahbana , Secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie et le Pacifique (CESAP)

    En présentant le panel, le modérateur Ali Naseer Mohamed, Représentant permanent des Maldives auprès de l’ONU, a rappelé son expérience de la Voie à suivre UN-SAMOA et a appelé à se concentrer sur des actions concrètes concernant l’ABAS plutôt que sur de simples « listes de souhaits ».

Rabab Fatima, Haute Représentante pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les PEID (UN-OHRLLS) et Conseillère spéciale pour le quatrième groupe de pays les moins avancés, a déclaré que les destructions causées par l’ouragan Beryl soulignent la nécessité d’une action urgente et coordonnée au sein du système des Nations Unies. Elle a appelé à :

  • intégrer les engagements de l’ABAS dans les priorités et les plans stratégiques des entités respectives des Nations Unies ;
  • développer un cadre de suivi et d’évaluation solide ;
  • renforcer les points focaux nationaux des PEID ; et
  • fournir un financement durable, innovant et ciblé qui prend en compte les vulnérabilités des PEID.

Natalia Kanem, Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population, a souligné le soutien de son agence à la programmation intégrée et aux données géospatiales de haute qualité pour identifier les personnes les plus vulnérables et permettre le suivi des résultats.

Armida Salsiah Alisjahbana, Secrétaire exécutive de la Commission économique et sociale des Nations Unies pour l’Asie et le Pacifique, a présenté certaines priorités politiques dans la mise en œuvre de l’ABAS, notamment : soutenir la résilience à long terme des écosystèmes côtiers ; promouvoir des modes de vie sains et des soins de santé préventifs en raison de l’augmentation des maladies non transmissibles ; investir dans des moyens de subsistance durables ; et améliorer la connectivité des îles.

Dima Al-Khatib, directrice du Bureau des Nations Unies pour la coopération Sud-Sud, a souligné le rôle des connaissances et des échanges Sud-Sud pour faire progresser l’ABAS, en mettant en avant le rôle central des réseaux nationaux et régionaux des Nations Unies.

Au cours des discussions qui ont suivi, de nombreux délégués ont exprimé leur solidarité avec les personnes touchées par l’ouragan Beryl. Saint-Kitts-et-Nevis, au nom de la Communauté des Caraïbes, a appelé à un soutien international en matière d’aide publique au développement et de financement du développement à des conditions de faveur. La Jamaïque a appelé à la mise en place et à la mobilisation de tous les moyens de mise en œuvre nécessaires pour soutenir l’ABAS et le développement de son cadre de suivi et d’évaluation.

Les Philippines ont appelé à un soutien financier accru, à des prêts concessionnels et à un allègement de la dette. Le Groupe des Femmes a souligné la nécessité d’un accès accru aux financements sous forme de subventions et aux prêts concessionnels, ainsi que de politiques tenant compte de la dimension de genre. Le Groupe de la communauté scientifique et technologique a souligné l’importance de renforcer le capital humain dans les PEID, déplorant que les possibilités de financement aient souvent des exigences qui ne correspondent pas aux besoins ou aux priorités des PEID.

La Norvège a accueilli favorablement les enseignements à tirer et à partager lors des prochaines présentations de l’Examen national volontaire, notamment sur l’utilisation de l’indice de vulnérabilité multidimensionnelle.

Le Groupe des enfants et des jeunes a souligné que le développement durable est impossible sans une main-d’œuvre qualifiée dans les PEID. Le Timor-Leste a souligné l’importance de développer des outils de mesure et de suivi. L’OIDD a souligné l’importance de l’inscription de l’état de droit dans la Déclaration ABAS, soulignant que les systèmes judiciaires centrés sur l’être humain peuvent protéger les droits des plus marginalisés et des plus vulnérables.

Dans son discours de clôture, le modérateur Naseer Mohamed a souligné la nécessité d’une intégration à plusieurs niveaux de l’ABAS dans les cadres de coopération, les plans nationaux de développement et les plans stratégiques.

Transformation à partir de la base : agir au niveau local
Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Les délégués se réunissent pour discuter de la manière d'inspirer la transformation à partir d'une action plus locale Agrandir la figure 2735

Les délégués se réunissent pour discuter de la manière d’inspirer la transformation à partir d’une action plus locale

Bob Rae, vice-président de l’ECOSOC (Canada), a présidé cette dernière séance, qui s’est concentrée sur les mesures à prendre aux niveaux local et régional pour accélérer la mise en œuvre des ODD. La modératrice Emilia Saiz, secrétaire générale de Cités et gouvernements locaux unis, a souligné que la pauvreté doit être abordée au niveau local et que les communautés marginalisées doivent avoir la possibilité de participer aux discussions qui affectent leur avenir.

Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : iisd-enb1_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Bob Rae , vice-président de l'ECOSOC Agrandir la figure 2737

Bob Rae , vice-président de l’ECOSOC

Bandiougou Diawara, président du Conseil régional de Kayes, au Mali, a exhorté les États à accorder davantage de priorité et d’attention aux autorités locales, soulignant que c’est au niveau local que se déroulent les actions visant à mettre en œuvre les ODD.

Tatiana Molcean, Secrétaire exécutive de la CEE, a souligné que les examens locaux volontaires (ELV) se sont révélés être un outil puissant pour lutter contre les inégalités, car ils comblent non seulement les lacunes en matière de données, mais influencent également les plans et budgets de développement local conformément aux cadres des ODD. Elle a attiré l’attention sur le Sommet des villes du futur prévu en septembre 2024.

Cielito Perez, directeur exécutif du Centre pour les ressources des femmes des Philippines, a invité à soutenir les actions et les solutions innovantes proposées par les communautés marginalisées.

Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Cielito Perez , directrice exécutive du Centre pour les ressources des femmes (CWR), Philippines Agrandir la figure 2738

Cielito Perez , directrice exécutive du Centre pour les ressources des femmes (CWR), Philippines

Bernd Vöhringer, vice-président du Congrès des pouvoirs locaux et régionaux du Conseil de l’Europe, a souligné que la Charte européenne de l’autonomie locale était un exemple d’instruments et d’outils qui donnent aux autorités locales « une véritable place à la table » et favorisent une prise de décision inclusive au niveau local.

Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Bernd Vöhringer , Vice-président, Congrès des pouvoirs locaux et régionaux, Conseil de l'Europe Agrandir la figure 2742

Bernd Vöhringer , Vice-président, Congrès des pouvoirs locaux et régionaux, Conseil de l’Europe

Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Bandiougou Diawara , Président du Conseil régional de Kayes, Mali Agrandir la figure 2741

Bandiougou Diawara , Président du Conseil régional de Kayes, Mali

Au cours du débat général qui a suivi, le Sri Lanka a souligné que le succès des ODD dépendait de l’engagement et de la participation active des communautés locales. L’Espagne a noté que la localisation des ODD impliquait une approche ascendante, appelant à une cohérence des politiques pour répondre aux efforts descendants de l’action mondiale.

Le Groupe majeur des travailleurs et des syndicats a discuté de la contribution des syndicats à l’avancement de la territorialisation de l’Agenda 2030.

Les délégués ont également partagé des exemples d’actions locales en faveur des ODD.
L’Allemagne a expliqué comment la ville de Kiel a utilisé son processus d’évaluation volontaire des citoyens pour renforcer la communication et l’appropriation locale des ODD.
La Finlande et l’Argentine ont souligné la contribution de leurs processus d’évaluation volontaire des citoyens à la mobilisation et à l’engagement des citoyens. Citant le premier examen volontaire des citoyens mené par Strasbourg, la France a souligné le rôle de la culture dans la réalisation des ODD.
L’Irlande a souligné l’importance de l’innovation et du plaidoyer des jeunes au niveau local.
L’Italie, la Norvège et la Malaisie ont souligné la manière dont elles intègrent plusieurs examens volontaires des citoyens et d’autres initiatives pour renforcer l’apprentissage conjoint et la gouvernance à plusieurs niveaux.

Forum politique de haut niveau 2024
Crédits : iisd-enb_hlpf2024_10july24-kiaraworth - Modératrice Emilia Saiz , Secrétaire Générale, Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU) Agrandir la figure 2739

Modératrice Emilia Saiz , Secrétaire Générale, Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU)

La modératrice Emilia Saiz a encouragé les délégués à renforcer les capacités d’autoreprésentation des acteurs des collectivités locales dans l’élaboration des politiques au niveau mondial, notamment lors du Sommet du futur en août de cette année.

Source : International Institute for Sustainable Development (IISD).