2022 : « Prendre la bonne direction en se faisant plaisir »

En France
14 janvier 2022

Une nouvelle année commence. C’est traditionnellement l’occasion de prendre de « bonnes résolutions » : s’engager en faveur du développement durable en est une. En 2022, nous tous - citoyennes et citoyens, élus, collectivités, associations, entreprises…- sommes appelés à poursuivre nos engagements de transition écologique dans notre quotidien, tant dans le cadre professionnel que personnel. Et si vous n’êtes pas encore engagés, n’hésitez plus !

PNG - 1.5 Mo

Au regard du changement climatique, et de la crise sanitaire mondiale, il est essentiel de nous mobiliser et d’agir à toutes les échelles. Les questions écologiques n’ont jamais été aussi prégnantes. Si les initiatives se multiplient, il est nécessaire de faire davantage pour permettre une transition juste et atteindre les 17 objectifs de développement durable portés par l’Agenda 2030.

L’échelle locale et individuelle jouent un rôle prépondérant. Du porteur de projet au porte-parole, chacun est concerné par œuvrer au quotidien pour un futur plus soutenable et désirable. Certains ont même décidé d’en faire leur métier…

Pour vous inspirer, le témoignage d’une artiste, Isabelle Teste, modiste de formation et « recycleuse obsessionnelle », qui s’engage au quotidien depuis plus de 20 ans en faveur du développement durable.

Initiée par le monde de la haute-couture, Isabelle Teste crée aujourd’hui ses propres collections de vêtements, d’accessoires de modes et de décoration, en sortant des codes de la mode conventionnelle. Elle a commencé par le « détournement » d’objets et de tissus du quotidien, puis s’est lancé dans la récupération et le recyclage. Le sac plastique, bête noire de la transition écologique, est devenu son matériau de travail favori. De sa robe lierre aux bobs, en passant par des luminaires aux tabliers de jardinage, le savoir-faire d’Isabelle Teste exprime un engagement à la fois politique et écologique. Son implication personnelle auprès de l’association « Paris sans voiture » lui permet de travailler avec la mairie de Paris, en concertation avec les élus, et de partager ses convictions.

Isabelle Teste

Quels sont vos engagements en faveur de la transition écologique au quotidien, et vos motivations à conduire ces engagements ?

« Je souhaite faire tout ce que je peux pour freiner la progression délétère du réchauffement climatique. Au quotidien, cela se traduit par la lutte contre la surconsommation à mon échelle, qu’il s’agisse d’énergie, d’eau ou de biens matériels et de produits alimentaires. Je limite mes achats sur internet au maximum, pour des questions d’approvisionnement de carton, de papier, mais également de transport. J’achète local dès que c’est possible, pour le travail comme pour la vie quotidienne. Je ne prends plus l’avion depuis très longtemps, même si je ne m’interdirais pas de le prendre dans des cas très particuliers. Dans mon travail, il n’est pas toujours facile d’acheter local. Je vends des chapeaux dans une boutique composée exclusivement d’artisans qui répondent aux mêmes exigences écologiques que moi. Toutefois, dans mon cas, la recherche de fournisseurs de tissus n’est pas toujours possible, il est compliqué de le trouver au détail, d’avoir des couleurs, des imprimés, etc. J’ai été obligée de faire des concessions en termes écologiques, au profit de mon inspiration. Je ne suis pas parfaite. Je tends vers un schéma vertueux sans toujours l’atteindre. Et c’est un véritable plaisir de faire ce que j’aime en salissant le moins possible la Terre. »

Quels sont les conseils que vous donneriez pour s’engager davantage dans la transition écologique ?

« Il faut du courage. Il ne faut pas avoir peur de prendre des décisions, notamment sur le long terme. L’urgence climatique est réelle, et les décisions sont à prendre très rapidement. Il faut voir loin, se faire conseiller par des experts, s’inspirer des gens compétents et, surtout, les écouter. Il ne faut pas se laisser submerger par l’écoanxiété, mais écouter et agir avec les jeunes engagés en faisant preuve de responsabilité. Il ne faut plus fermer les yeux au quotidien. »

Quelles sont vos résolutions 2022 en matière de transition écologique ?

« Je veux avant tout poursuivre mes engagements en continuant de réduire mon empreinte écologique et énergétique, mes consommations, et réfléchir avant d’acheter. Chaque geste compte. Aussi, je veux continuer d’essayer d’indiquer une voie à suivre, quand je le peux. Je confectionne par exemple des chapeaux avec des vieux jeans. C’est ce genre de geste qui, d’après moi, peut faire bouger les lignes, exciter les gens, leur donner envie. Mon travail se veut gai, coloré, joyeux. Je souhaite changer les pratiques sans créer de frustration ou faire des sacrifices. Il faut prendre la bonne direction en se faisant plaisir, continuer à se marrer en faisant le moins de dégâts. »