L’actu des Objectifs de développement durable - Février 2021

JPEG - 82.5 ko

À la une : « Édition » 2021 de la Semaine européenne du développement durable (SEDD)

La SEDD, c’est un temps dédié pour promouvoir le développement durable, sensibiliser le plus grand nombre à ses enjeux et engager la mobilisation à agir. Une occasion à saisir pour donner à voir des actions concrètes et utiles au regard d’un avenir durable à l’échelle nationale et internationale !
Il s’agit d’illustrer à travers des projets variés, comment chacun peut contribuer à l’atteinte des 17 ODD de l’Agenda 2030, adopté par les États membres des Nations unies en 2015. L’Agenda 2030 dessine une feuille de route qui couvre toutes les questions de société. Il porte une vision volontaire de transformation du monde en éradiquant la pauvreté et en assurant sa transition vers un développement durable, à horizon 2030. État, collectivités, associations, entreprises, citoyens... Chacun est appelé à prendre part à l’atteinte des ODD et à contribuer à apporter des solutions.
La SEDD est un événement qui s’adresse à tous et vit grâce à la mobilisation de chacun. Tous les acteurs sont invités à se mobiliser !

Également au mois de septembre, la Journée nationale de la qualité de l’air (16 septembre) et la Semaine européenne de la mobilité (16 au 22 septembre), qui participent à ce temps de mobilisation fort sur les enjeux de développement durable, une opportunité pour partager et valoriser les actions conduites par des acteurs engagés pour faire de la transition écologique une réalité et contribuer à l’atteinte des ODD !

En vue de l’édition 2021, si ce n’est déjà fait, participez à l’enquête SEDD, pour préparer les modalités d’animation.

A lire prochainement, des retours d’expérience des années précédentes, des idées d’actions à travers des témoignages, des solutions pour des modes d’animations…


Actualité nationale

Agenda 2030, ODD 1 « éradication de la pauvreté » et... plan de relance

Plan de relance de la France #FranceRelance

Deux questions à Martin Bortzmeyer, chef de la Délégation au développement durable

Comment la France peut-elle atteindre l’Objectif de développement durable n°1 « éradiquer la pauvreté en 2030 » grâce au Plan de relance ?

Tout d’abord, il faut rappeler que nous avons un taux de pauvreté en France qui est très élevé, de l’ordre de 14 %. Cette pauvreté touche particulièrement les enfants et les jeunes. La stratégie du Gouvernement cible donc cette population particulière.

Dans le Plan de relance se trouve un ensemble de mesures de lutte contre la pauvreté : plus de 6 milliards, soit plus de 6 %, qui vont toucher essentiellement les jeunes au travers du plan qui s’appelle #1jeune1solution. Ce plan inclut des aides à l’embauche des jeunes, des aides à l’apprentissage, des aides ciblées sur les quartiers prioritaires de la ville, etc.

Comment le Plan de relance permet de contribuer à l’atteinte des Objectifs de développement durable ?

De manière générale le plan vise à la fois :

  • la transition écologique ;
  • la compétitivité et la relance ;
  • et la cohésion sociale et territoriale.

Il couvre donc de manière très large les ODD. L’intérêt est de pouvoir aller vers des politiques que l’on appelle à « multiple fins », c’est-à-dire atteindre deux cibles à la fois et notamment des cibles environnementales et sociales. Concrètement, lorsque le Gouvernement a fait évoluer le dispositif MaPrimeRénov’, l’accent a été mis sur les ménages modestes et très modestes. C’est un exemple typique d’une politique à double fins qui permet à la fois d’aller vers les cibles de l’objectif pauvreté, inégalités et en même temps vers les objectifs climatiques et énergétiques.
Pour aller plus loin... Plan de relance de la France #FranceRelance


Un argumentaire sur le rôle essentiel de l’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale

JPEG - 220.8 koLes membres du groupe de concertation sur l’Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) ont produit un argumentaire commun finalisé en novembre 2020.

Les membres de ce groupe souhaitent avec ce texte nourrir un dialogue continu avec l’ensemble des parties prenantes et détailler, dans le contexte français actuel, les raisons pour lesquelles l’ECSI doit être une priorité des politiques publiques.

Cet argumentaire commun montre que l’ECSI tient un rôle clé face aux enjeux actuels. Qu’ils soient sociaux, environnementaux, économiques, culturels ou politiques, leurs liens étroits ont été mis en évidence par les conséquences de la pandémie de Covid-19. L’ECSI donne des repères, permet de déconstruire les préjugés et de développer un esprit critique, valorise les alternatives et soutient des actions concrètes. Elle permet à chacune et chacun de comprendre les mécanismes d’interdépendance et d’exclusion dans le monde, de prendre conscience de l’importance d’une démarche citoyenne qui favorise la solidarité entre les territoires, les générations, les groupes sociaux, et les individus pour agir concrètement en faveur de la construction d’un monde juste, solidaire et durable. Cette ambition est permise notamment par la complémentarité des pratiques et la volonté partagée de s’adresser au plus grand nombre.

Pour en savoir plus ...

Le groupe de concertation sur l’Éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale (ECSI) est un espace de dialogue et de partage d’expériences créé en 2017. Il réunit des représentants d’associations, de quatre ministères, de l’Agence française de développement, de collectivités territoriales et de réseaux régionaux multi-acteurs. Ces institutions et organisations représentent une grande diversité d’approches, d’actions et de publics, et se retrouvent dans une mission commune : favoriser la contribution individuelle et collective à la construction d’une société juste, solidaire et durable par l’éducation et l’ECSI.


Lancement des indicateurs nationaux de suivi des objectifs de développement durable 2021

PNG - 81.2 koDepuis le 18 janvier 2021, une nouvelle mise à jour des indicateurs nationaux de suivi des Objectifs de développement durable (ODD) est disponible sur le site de l’Institut national des statistiques et des études économiques (Insee).

Pour la troisième année consécutive, l’Insee, en collaboration avec le service des données et des études statistiques du ministère de la Transition écologique, actualise le tableau de bord des 98 indicateurs de suivi des ODD en France.

Défini en 2018 de façon concertée dans le cadre d’un groupe de travail du Conseil national de l’information statistique, ce tableau de bord fournit les valeurs des indicateurs sur la période 2010-2020 selon différents critères tels que le genre, l’âge, le revenu, la géographie ou l’emploi.

Chaque indicateur s’accompagne d’une fiche de métadonnées qui détaille sa définition, sa méthodologie, sa source et fournit des références bibliographiques. L’édition 2020, s’enrichit de graphiques pour l’ensemble des indicateurs et leur déclinaison.

Les 17 Objectifs de développement durable, déclinés en 169 cibles, ont été adoptés par les Nations unies en 2015 dans le cadre de l’Agenda 2030. Ils sont mis en œuvre au niveau national dans la Feuille de route de la France établie fin 2019. Ils couvrent à la fois les dimensions économiques, sociales, environnementales, climatiques et de gouvernance et visent à un monde plus durable et solidaire.

Pour consulter le tableau de bord

Actualité européenne et internationale

Une majorité de la population favorable à une action d’envergure sur les changements climatiques d’après le PNUD

Jeunes femmes asiatiques en costume traditionnel présentant 2 logos des ODDLes résultats du Peoples’ Climate Vote (le Vote populaire pour le climat), la plus grande enquête d’opinion jamais organisée dans le monde sur les changements climatiques, ont été publiés le 27 janvier 2021. Dans le cadre de cette enquête, qui couvre 50 pays abritant plus de la moitié de la population mondiale, ce sont notamment plus d’un demi-million de jeunes de moins de 18 ans qui ont été interrogés, un public clé dans le domaine des changements climatiques, qui ne peut généralement pas encore voter aux élections.

Dans de nombreux pays participants, c’est la première fois qu’un sondage d’opinion à grande échelle est réalisé sur le thème des changements climatiques. L’année 2021 sera décisive pour l’engagement des pays en faveur de l’action pour le climat, étant donné qu’un cycle de négociations important se déroulera lors du Sommet sur le climat de l’ONU en novembre à Glasgow, au Royaume-Uni.

Dans cette enquête, il a été demandé aux répondants si les changements climatiques constituaient une urgence mondiale et s’ils soutenaient dix-huit politiques climatiques clés dans six domaines d’action : l’économie, l’énergie, les transports, l’alimentation et l’agriculture, la nature et la protection des populations.

Il ressort de l’enquête que les personnes interrogées souhaitent l’adoption de politiques climatiques plus vastes que celles appliquées actuellement. Par exemple, dans huit des dix pays couverts enregistrant le plus gros volume d’émissions dans le secteur de l’énergie, la majorité des répondants se sont dits favorables au développement des énergies renouvelables. Dans quatre des cinq pays présentant le plus haut taux d’émissions liées au changement d’affectation des terres et pour lesquelles suffisamment de données ont pu être recueillies sur les préférences en matière de politiques, la majorité des personnes interrogées ont affirmé être favorables à la conservation des forêts et des terres. Neuf des dix pays abritant les populations les plus urbanisées sont pour une utilisation accrue de voitures et d’autobus alimentés à l’énergie propre ou du vélo.

Les politiques proposées ont rencontré un franc succès, les plus populaires étant la préservation des forêts et des terres (soutenue par 54 % du public), le développement de l’énergie solaire, éolienne et renouvelable (53 %), l’adoption de techniques agricoles sans incidence négative sur le climat (52 %) et davantage d’investissements dans les entreprises et les emplois verts (50 %).

L’enquête a révélé un lien direct entre le niveau d’instruction des personnes et leur souhait qu’une action soit menée pour le climat. Les personnes ayant fréquenté une université ou une école supérieure étaient en très grande majorité conscientes de l’urgence climatique, que ce soit dans des pays à faible revenu comme le Bhoutan (82 %) et la République démocratique du Congo (82 %) ou dans des pays riches tels que la France (87 %) et le Japon (82 %).

Pour ce qui est de l’âge des répondants, les plus jeunes (moins de 18 ans) ont davantage tendance à considérer les changements climatiques comme une urgence que les personnes plus âgées. Néanmoins, d’autres groupes d’âge ne sont pas loin derrière, avec 65 % des personnes âgées de 18 à 35 ans conscientes de cette urgence, 66 % des celles âgées de 36 à 59 ans et 58 % des plus de 60 ans, ce qui montre à quel point cette problématique s’est aujourd’hui popularisée


« Notre vision de l’avenir en 2050 », le point de vue de jeunes européens

Capture d'écran Youtube ESDN Youth PitchesLe réseau européen de développement durable (ESDN) est l’association regroupant les représentants des administrations des États membres de l’Union européenne en charge du développement durable. Lors de l’organisation d’un « Youth camp » en octobre 2020, en parallèle de la conférence de l’ESDN en Allemagne, la parole a été donnée à la jeune génération européenne pour qu’elle partage sa vision de l’avenir.

Venant des quatre coins de l’Europe et de tous horizons, la vingtaine de jeunes a exprimé le même souhait d’un avenir sous le signe de la durabilité. Évoquant le désir d’un continent aux émissions de carbone neutres, n’utilisant plus que les énergies renouvelables, mais aussi des acteurs politiques et économiques responsables, en passant par l’assurance d’emplois verts garantis pour tous, ou encore une meilleure harmonie et inclusion des Européens, leurs présentations ont ouvert une fenêtre d’espoir pour le futur.

Selon eux, la période de pandémie mondiale que nous connaissons aujourd’hui doit devenir le catalyseur de changement pour la société européenne. 2050 ne doit pas devenir un point de non-retour mais l’opportunité d’un horizon plus durable, respectueux des Hommes et de l’environnement. La vision d’avenir de ces jeunes ambassadeurs se traduit par leur foi en l’Europe et sa capacité à construire cet avenir.

Ils appellent ainsi les autres jeunes européens à se joindre à eux. Cette vision ne pourra devenir réalité que si la nouvelle génération parle d’une seule voix, pour un avenir durable ; non seulement en 2050, mais dès que possible.


Lancement du Festival du film des ODD en action - SDGs in Action Film Festival – Les 25 et 26 mars 2021

PNG - 654.8 koLe Festival du film des ODD en action (SDGs in Action Film Festival) aura lieu les 25 et 26 mars 2021. Cette compétition de courts métrages met en avant la façon dont des acteurs et organisations du monde entier agissent pour l’atteinte des Objectifs de développement durable.

Ce Festival du film des ODD en action est coordonné par le département des affaires économiques et sociales des Nations unies. Il a été lancé en 2018 en lien avec le Forum politique de haut niveau sur le développement durable qui a lieu chaque année au siège des Nations unies à New-York.

La compétition offre à des cinéastes du monde entier la possibilité de soumettre des films, y compris d’animation, en direct d’une durée maximale de 20 minutes. Ces courts-métrages présentent une personne ou un projet exposant des solutions tangibles aux plus grandes menaces du monde et faisant des ODD une réalité.

Les catégories d’inscription sont les suivantes pour 2021 :

  • Reconstruire des communautés à partir du COVID-19
  • Protéger notre planète
  • Promouvoir l’égalité des genres

Le film lauréat de chaque catégorie sera présenté au Festival dans le cadre du Forum politique de haut niveau de juillet 2021, le cinéaste gagnant étant invité à assister et à participer aux activités liées au Festival.

Pour vous inscrire... SDG Global Festival of Action
Pour en savoir plus... SDGs in Action Film Festival

RESSOURCES ET OUTILS

De nouvelles informations, documents et outils à votre disposition dans la rubrique Ressources du site Agenda 2030.


AGENDA

Dates sous réserve des directives gouvernementales liées au COVID 19.

8 mars : Journée mondiale des droits des femmes, initiée par les Nations unies

Du 9 au 11 mars : ChangeNOW Summit

10 mars : Séminaire sur l’Éducation au Développement Durable, organisé par l’UNESCO

Du 17 au 20 mars : « Talents for the planet » 1ere édition

22 mars : Journée mondiale de l’eau, initiée par les Nations unies

Du 25 au 26 mars : SDG Global Festival of Action, organisé par UN SDG Action campaign

Du 29 mars au 2 avril : Semaine étudiante du développement durable, organisée par le Refedd

Du 6 au 11 avril : 10e édition du Festival de cinéma international : Le Temps Presse

7 avril : Journée mondiale de la santé, initiée par les Nations unies

14 avril : Séminaire sur l’Éducation au Développement Durable, organisé par l’UNESCO

Du 17 au 30 mai : COP15 Biodiversité, initiée par les Nations unies

Du 6 au 15 juillet : Forum politique de haut niveau sur le développement durable, organisé par les Nations unies

Du 3 au 11 septembre : Congrès mondial de la nature de l’UICN

Du 13 au 15 septembre : World Circular Economy Forum

Du 18 septembre au 8 octobre : Semaine européenne du développement durable

Du 1er au 12 novembre : COP26 sur le climat à Glasgow


JPEG - 10.4 ko

Cette lettre d’information constitue un outil pertinent de veille et de compréhension des Objectifs de développement durable auquel vous pouvez décider de vous abonner et de contribuer par mail dès maintenant !